Forgeron – Maréchal Ferrant - Taillandier

Métier du secteur : Arts et traditions populaires

Métier

Le forgeron maîtrise toutes les techniques de la forge, ce qui recoupe plusieurs métiers, du taillandier au maréchal-ferrant. Le fer est travaillé à chaud, par pression ou percussion, à l’enclume ou au marteau. Les pièces sont assemblées par soudure traditionnelle ou au chalumeau.
Le maréchal ferrant est un artisan dont le métier consiste à ferrer les pieds des chevaux et autres équidés. Il travaille le métal le plus souvent à chaud pour donner forme au fer afin de l’ajuster sur le pied du cheval. Ce métier demande une très bonne connaissance en hippologie.
Le taillandier est un forgeron qui fabrique des outils aratoires et taillants avec une très grande maîtrise du feu.

Profil

  • Grande forme physique et musculaire
  • Habileté manuelle
  • Résistance à la chaleur

Emploi et débouchés

Selon l’UFM, il existe 1700 maréchaux en France. 90% d’entres eux travaillent à leur compte, les autres possèdent un statut d’ouvrier dans des structures équestres. Ces artisans travaillent en étroite collaboration avec des vétérinaires. Grâce au développement de l’activité équestre, ce nombre s’accroît. Le métier est en pleine mutation. Du maréchal rural et sédentaire qui exerçait dans la forge du village, celui-ci devient itinérant et se déplace dans les complexes hippiques situés généralement en périphérie des zones urbaines. Environ 175 000 chevaux sont ferrés par an. Un maréchal ferrant exerce son activité entre 15 et 20 ans. Il est souvent contraint de penser à une reconversion suite à des douleurs dorsales engendrées par la difficulté physique du métier. Une dizaine de femmes exerce le métier. Le maréchal doit se tenir informé des avancées technologiques. Il ne forge plus la totalité des fers, certains sont achetés. Toute personne qui veut pratiquer la maréchalerie doit être titulaire d’un diplôme de niveau V.
Il existe un taillandier à proprement dit en France (Bernard Solon). Certains artisans de la forge utilisent les techniques ancestrales du taillandier pour fabriquer des armes ou des outils. L’artisan travaille en collaboration avec des quincailleries, des coopératives agricoles mais surtout avec d’autres artisans demandeurs d’outils à façon. Ce métier tend à s’éteindre en raison de la disparition de certains métaux. Il peine à rivaliser avec l’industrialisation et la normalisation des machines.

Devenir forgeron

Formation initiale

Niveau V
- CAPA maréchalerie, 2 ans.
Niveau IV
- BTM maréchal-ferrant, 2 ans
Il n’existe aucune formation spécifique pour le métier de taillandier.

Formation professionnelle continue

Les diplômes de maréchalerie peuvent également se préparer dans le cadre de la formation professionnelle continue concentrés sur une période de 10 à 16 mois selon les sites de formation et le niveau des candidats. L’Institut de la maréchalerie des compagnons du devoir organise des stages de formation continue pour les professionnels. L’école nationale des Haras propose un brevet de maréchalerie sur une période de 10 mois.
L’Institut de formation et de recherche pour les artisanats des métaux (IFRAM) propose en collaboration avec Bernard Solon une initiation aux techniques de taillanderie sous forme de stage de cinq jours.