Imprimeur en typographie

Métier du secteur : Arts graphiques

Métier

L’imprimeur en typographie compose un ensemble de caractères, la forme, en vue de son impression sur papier. Celle-ci est ensuite encrée puis placée sous presse. Il s’agit d’un procédé d’impression en relief utilisée pour la réalisation de livres de bibliophilie.

Profil

  • Créativité
  • Sens du graphisme
  • Intérêt pour l'univers de l'édition
  • Précision

Emploi et débouchés

Aujourd'hui encore des ateliers d'impression de typographie en plomb exécutent des petits travaux de ville, c'est-à-dire des faire-part, des cartes de visite, des entêtes et papiers à lettres. Un petit nombre d'artisans s'associe avec des graveurs ou des relieurs d'art afin de créer des lettres et des images dans le domaine de l'édition originale, ou encore composent les textes d’ouvrages de bibliophilie dont les images sont réalisées par le biais d’une autre technique d’estampe (gravure, lithographie...).

La typographie est aujourd'hui plus généralement au service du design graphique. Si la création typographique est dynamique, l'impression typographique a pratiquement disparu. A l'ère numérique on parle de police numérique. Exclusivement conçue par ordinateur avec des logiciels spécifiques, la typographie se traite comme une image numérique.
L'utilisation de la typographie à des fins artistique est ancienne mais elle à été généreusement renouvelée à la fin du XXe siècle avec la publicité numérique et la création de nouvelles polices dans le domaine de la littérature ou de la signalétique. Par ailleurs, de nombreux graphistes et artistes travaillent à la création typographique pour donner sens à une œuvre. Ils peuvent la traiter comme élément visuel autonome en animant des fonderies digitales indépendantes sur le net. Ces dernières alimentent le culte contemporain de la lettre par la recherche d'une identité visuelle et de l’animation 3D de la typographie. 

Devenir imprimeur en typographie

Formation initiale

Niveau V
- CAP métiers de la gravure option gravure d’impression, 3 ans.
Niveau III
- DMA arts graphiques gravure, 2 ans.
Niveau II
- Diplôme de l’ENSAD option gravure (Ecole nationale supérieur des arts décoratifs - Paris), 2 ou 4 ans.
- DNSEP : Diplôme national supérieur d’arts plastiques (ENSBA – Paris), 5 ans.

Formation professionnelle continue

Aucun diplôme ne peut être préparé dans le cadre de la formation continue. De nombreux stages ou cours à l’année, non diplômants, permettent de suivre une initiation ou un perfectionnement dans la pratique de la gravure.