Batteur d’or

Métier du secteur : Bijouterie joaillerie orfevrerie horlogerie

Métier

Le batteur d’or fabrique des feuilles d'or de très faible épaisseur destinées à la dorure. L'or pur est fondu dans des creusets allié à une très faible quantité d'argent, de cuivre selon les nuances souhaitées. Après avoir été coulé dans une lingotière, il est martelé à chaud, puis laminé.

Profil

  • Précision
  • Bonne forme physique
  • Sensibilité pour le matériau or

Emploi et débouchés

Le battage de l’or ne s’effectue plus entièrement à la main. Rattrapé par la technologie, il se situe entre l’industrie et l’artisanat. On peut parler de manufacture. La rentabilité est un facteur important car le marché s’est mondialisé. En Europe, il existe moins de 20 entreprises de batteurs d’or, présentes en Allemagne, Autriche, Grande-Bretagne, France et Italie. La seule manufacture française, l’entreprise Dauvet, propose de l’or battu mécaniquement mais vidé manuellement. Certaines entreprises européennes revendent des feuilles fabriquées en Chine.
Malgré la disparition progressive du marché des enlumineurs de livres, la clientèle reste nombreuse.  Artistes, décorateurs, doreurs, enlumineurs-calligraphes, émailleurs, graveurs-marbriers, iconographes, laqueurs, porcelainiers, verriers d'art ou restaurateurs d’œuvres d’art utilisent tous l’or en paillettes, en vrac, en feuilles ou en poudre. De nouveaux débouchés apparaissent notamment pour les métiers de bouche (décoration de foie gras, le chocolat ou les cocktails).

Devenir batteur d’or

Il n’existe aucune formation initiale ni aucune formation professionnelle continue concernant ce métier. Les ouvrières, apprêteuses et videuses, sont formées au métier dans l’entreprise et sont prêtes à exercer après un an de formation.