Orfèvre

Métier du secteur : Bijouterie joaillerie orfevrerie horlogerie

Métier

L’orfèvre réalise des objets en métaux précieux destinés à la table, à la décoration ou à un usage religieux. Au début de la création d'une pièce d'orfèvrerie, il y a l'idée, les croquis parfois une maquette. Ensuite, vient le choix du métal : or, argent, vermeil (argent doré), cuivre ou encore maillechort (alliage inoxydable de cuivre, zinc et nickel). La forme l’usage et la taille  de l’objet vont conditionner la ou les techniques de fabrication : la rétreinte, le planage, le repoussé au tour, l'emboutissage, la fonte à la cire perdue ou la galvanoplastie.

Profil

  • Finesse
  • Créativité
  • Patience
  • Bonne forme physique
  • Intérêt pour les métaux précieux

Emploi et débouchés

Selon le bulletin Ecostat d'avril 2010, le chiffre d'affaires de l'orfèvrerie (métaux précieux, métaux communs et couverts), en France, atteignait 68 millions d'euros en 2009, dont 64% à l'exportation pour 60 entreprises. L'Union française de la bijouterie, de la joaillerie, de l'orfèvrerie, des pierres et perles (BJOP) référence 250 orfèvres, salariés ou non. La majorité du volume de la production est destinée à l'hôtellerie et la restauration de luxe.

En 2012, le secteur souffre de la crise économique et du fait que les objets d'orfèvrerie soient peu à peu sortis du cadre du patrimoine familial. Pour faire face, les grandes maisons se tournent vers l'export et notamment vers les pays qui ont conservé une forte tradition dans les arts de la table. En un an, les exportations d'orfèvrerie ont augmenté de 31,5%. Ce marché concerne les grandes maisons : Christofle, Ercuis, Puiforcat et Odiot, qui totalisent à elles seules près des deux tiers des salariés du secteur. D'autres ont choisi de se spécialiser, en proposant des objets art déco ou en s'orientant vers l'art sacré. Quant aux petits ateliers, ils survivent principalement grâce aux travaux de restauration et de réargenture. Depuis deux ans, la consommation en France s'est améliorée, avec une augmentation de 6% entre 2009 et 2010.

Devenir orfèvre

Formation initiale

Niveau V
- CAP orfèvre option monteur en orfèvrerie, 2 ou 3 ans.
- CAP orfèvre option polisseur aviveur en orfèvrerie, 2 ou 3 ans.
- CAP orfèvre option planeur en orfèvrerie, 3 ans.
- CAP orfèvre option tourneur repousseur en orfèvrerie, 2 ou 3 ans.
- CAP métiers de la gravure options gravure d’ornementation, gravure en modelé, 2 ans.
Niveau IV
- BMA orfèvre option monture-tournure, 2 ans.
- BMA orfèvre option gravures-ciselure, 2 ans.
- FMA Formation Métiers d’art – métal (École Boulle), 3 ans.
Niveau III
- DMA arts de l’habitat option ornements et objets, 2 ans.
- DMA Décor architectural option domaine du métal ,(ENSAAMA - Paris), 2 ans.

Formation professionnelle continue

Certains diplômes peuvent être préparés dans le cadre de la formation professionnelle continue. Des formations non diplômantes, d’une durée variable permettent de se perfectionner dans les techniques de la fonte, la ciselure ou la gravure ornementale.