Chaumier

Métier du secteur : Métiers liés à l´architecture

Métier

Le chaumier réalise des toits en chaume, de paille de seigle ou de blé, voire de roseau, –dans les régions où les marais sont nombreux. Après le battage au fléau, il débarrasse la paille des herbes de pied, la lie en bottes, la sèche et en assure la pose.

Profil

  • Intérêt pour le patrimoine bâti
  • Bonne forme physique
  • Bonne perception des volumes
  • Aptitude au travail en extérieur
  • Sens du travail en équipe

Emploi et débouchés

Le chaume était le matériau de couverture le plus couramment employé depuis les Gaulois jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Ce type de toiture a progressivement été remplacé par des toitures en tuiles et en ardoises. Aujourd’hui, il subsiste des toitures en chaume en Normandie, en Brière et en Camargue mais aussi dans quelques régions comme la Bretagne, l’Auvergne, le Nord-Pas de Calais, le Limousin… Cependant, elles ne représentent qu’une part infime du marché global de la couverture.
S’attachant à valoriser le patrimoine bâti et notamment les chaumières, certains parc naturels régionaux ont mis en place différentes actions. Ainsi, le Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande a créé la “Route des chaumières” jalonnée par une centaine de chaumières. Le Parc naturel régional du Vercors a lancé l’opération “Toit de chaume” ayant notamment pour objectifs d’encourager le caractère traditionnel du patrimoine bâti par la réalisation de toits de chaume. Il s’agit de retrouver les savoir-faire traditionnels du Vercors en les adaptant aux exigences économiques actuelles. Le Parc naturel régional de Brière a mis en place un service de conseil architectural dédié aux propriétaires de chaumières souhaitant construire ou rénover ces bâtiments typiques. Il propose également des subventions d’aide à l’emploi du chaume.
On recense actuellement en France une centaine de chaumiers salariés et 75 entreprises artisanales inscrites au répertoire des métiers.

Devenir chaumier

Formation initiale

Différentes formations préparent au métier de couvreur, en revanche, il n’existe aucune formation dédiée au métier de couvreur chaumier.
Niveau V
- CAP couvreur, 2 ans.
- BEP technique du toit, 2 ans.
Niveau IV
- Baccalauréat professionnel patrimoine bâti, 2 ans
- BP couvreur, 2 ans.
Niveau III
- BTS charpente-couverture, 2 ans.

Formation professionnelle continue

L’Association nationale des couvreurs chaumiers a mis en place une formation spécifique afin de répondre aux difficultés de recrutement et pallier l’absence de formation qualifiante en chaume. Cette formation destinée aux salariés d’entreprises de couverture est dispensée au CFA du bâtiment d’Evreux (27). Elle se déroule en alternance sur une année et permet d’être reconnu couvreur chaumier de niveau II correspondant au titre d’ouvrier professionnel dans la convention collective du bâtiment.